Conseils pour couvrir les événements

Ce n’est pas donné à tout le monde de savoir prendre la parole ou de s’improviser présentateur ou journaliste.
Voici donc quelques conseils sur la couverture d’événements :

Préparez-vous

Avant l’événement, apprenez ce que vous pouvez sur ce qui va se passer. Un événement sportif peut être accompagné d’un programme ou d’une liste de joueurs avec leurs numéros et leurs noms. Une réunion publique peut avoir un ordre du jour. Le programme d’une conférence contient la liste des intervenants. Dans le cadre d’un programme plus informel, un organisateur peut fournir une vue d’ensemble et des informations générales.

Mais parfois, vous devez aller au-delà des documents et des organisateurs. Trouvez des opposants qui peuvent vous informer des tournures intéressantes que peut prendre l’événement.

Prenez de bonnes notes

Une technique de prise de notes utile pour les événements consiste à utiliser les initiales ou autres abréviations des personnes. Par exemple, si je dois intervenir lors de l’événement et que je m’apelle Sylvain Blandard, vous pouvez m’identifier en tant que « SB ». Mais regardez le programme et assurez-vous que je suis la seule personne portant ces initiales à prendre la parole. Si un autre SB est au programme, vous pouvez par exemple utiliser « SylB » pour moi.

Si vous faites du livetweet ou du liveblogging, vos tweets ou votre blog peuvent devenir vos notes, la plupart du temps. Mais gardez un carnet à portée de main (ou peut-être un document Word sur votre ordinateur portable ou votre tablette) pour les notes proprement dites : les faits que vous voulez vérifier avant de publier, les points à approfondir dans les interviews pendant une pause ou après l’événement, les idées de suivi possibles.

Prenez une vue à 360 degrés

Lors d’un événement, le public peut fournir quelques histoires potentielles, parfois une meilleure histoire que celle de l’orateur ou d’un autre point central de l’événement. Je vous  encourage à essayer d’avoir une vue à 360 degrés, c’est-à-dire regarder autour de soi et derrière soi pendant un événement, plutôt que d’être uniquement rivé sur l’orateur.

Il y a quelques années, un journaliste m’ a donné un excellent exemple : Alors qu’il couvrait le discours d’un ancien prisonnier de guerre du Viêt Nam, le journaliste a fait un tour d’horizon et a remarqué une personne dans la foule qui semblait plus engagée et intéressée que les autres. Le journaliste est resté après le discours et cette femme s’est avancée pour donner au prisonnier de guerre le bracelet en cuivre portant son nom qu’elle avait porté pendant la guerre du Vietnam. En remarquant la femme plutôt que de se concentrer uniquement sur le discours, le journaliste a obtenu une meilleure histoire qu’en prenant simplement des notes sur le discours.

Attention à la surprise

La plupart des événements se déroulent comme prévu. Mais parfois, une surprise se produit. Un joueur se blesse. Un entraîneur est renvoyé. Des manifestants perturbent une réunion. Un accusé perturbe un procès. Une fois, je suis tombé sur une histoire de brutalité policière alors que je couvrais un évènement complètement différent.

Vous ne pouvez pas prévoir la surprise, mais vous devez rester vigilant et adapter vos plans lorsque des surprises se produisent.

Contenu visuel

Couvrir un événement implique que vous allez produire du contenu visuel. À moins que vous ne travailliez avec un journaliste photo, vous devez prévoir de fournir les photos et/ou les vidéos nécessaires dans le cadre de votre reportage. Prenez des photos de l’orateur ou des oratrices et de la foule. Ne prenez pas de photos du fond de la salle (sauf si vous essayez de représenter une salle comble). Rapprochez-vous suffisamment pour pouvoir prendre une photo nette de l’orateur.

La couverture vidéo peut prendre la forme d’un flux en direct à l’aide de Periscope, Facebook Live, Livestream ou d’un autre service de vidéo en direct, d’un reportage vidéo résumant l’événement ou d’un ou plusieurs extraits vidéo à publier avec un article.

Écrivez

Plus vous écrivez tôt après un événement, plus votre article sera frais et précis, même si vous n’avez pas de date limite immédiate pour la publication. Si vous pouvez écrire quelques paragraphes pendant une pause, avant de savoir quel sera votre article final ou votre fil conducteur, vous vous aiderez à écrire plus rapidement et plus précisément après l’événement.

Répondez à la question : « Quel est le sujet de cette histoire ? » et cela devrait vous donner l’objectif de votre histoire, tout en vous aidant à trouver votre fil conducteur.

Le suivi

Souvent, l’histoire d’une réunion n’est pas aussi importante que l’histoire de l’entreprise qui suit, lorsque vous expliquez l’impact d’une action prise par un conseil d’administration ou un conseil municipal. Si un événement est important pour votre communauté, assurez le suivi en recueillant les réactions.

Si des politiciens prennent la parole ou débattent, vérifiez leurs déclarations.

Les journalistes de terrain peuvent notamment tirer de bonnes histoires d’entreprise des rapports et autres documents qui sont distribués, approuvés ou traités régulièrement lors des réunions. Les articles d’entreprise et de fond sur le sport découlent souvent de ce qui se passe pendant les matchs : Un article sur une star émergente ou l’analyse d’une attaque ou d’une défense en difficulté.

Médias sociaux

Gardez un œil sur les médias sociaux pendant ou après un événement. Vous pouvez recueillir des citations de réactions ou quelques liens pour votre article ou recueillir des réactions pour un encadré. Les médias sociaux peuvent soulever des questions que vous pourrez approfondir dans votre reportage.

Types d’événements

Le type d’événement présente parfois des particularités et des défis différents dans la manière de le couvrir :

Conférences de presse.

Les journalistes préfèrent généralement leurs propres interviews aux conférences de presse, mais les personnalités de l’actualité les préfèrent parfois comme moyen efficace de traiter avec la presse. Si vous pouvez obtenir une interview privée, ne posez pas de questions lors d’une conférence de presse si vous préférez avoir les réponses en exclusivité. Mais si la conférence de presse est votre seule chance d’obtenir une réponse à une question, saisissez-la.

Événements sportifs.

Le « récit d’un match » évolue au fur et à mesure. Dans un récit de match, le résultat et l’importance sont plus importants que le déroulé exact, même si les notes ou la couverture en direct se déroulent dans ce style. Au final quel est le fait marquant de ce match ? Cela doit être le point central de votre couverture.

Concerts ou festivals.

Si vous couvrez un concert ou un festival, précisez à votre rédacteur en chef ou à votre directeur de l’information s’il s’agit d’un événement d’actualité ou d’une critique de divertissement. Dans les deux cas, tenez compte de l’importance relative du spectacle et de la réaction du public. Si le public a adoré quelque chose qui, selon vous, faisait défaut, vous devriez au moins envisager de mentionner la réaction du public en même temps que votre critique.

Débats.

Ne laissez pas le « ressenti » post-débat prendre le pas sur votre compte-rendu de ce qui s’est réellement passé. Personne ne sait immédiatement après un débat qui a « gagné », mais tout le monde revendique la victoire, de sorte que le « ressenti » doit être secondaire par rapport à ce que les candidats ont réellement fait et dit.

Conférences, etc.

Pour couvrir des événements tels que des discours, des conférences, des conventions et des symposiums, vous devez tenir compte de votre public et de l’intérêt relatif de différents mini-événements au sein d’événements plus importants. Devez-vous couvrir l’ensemble de l’événement ou seulement un orateur ou un panel ? Si vous ne pouvez pas assister à des événements simultanés, vous pouvez rattraper celui que vous avez manqué en suivant les médias sociaux, en interviewant un orateur ou en interrogeant des personnes qui y ont assisté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *